Database error: [Table 'selsek.wp_comments' doesn't exist]
SELECT ID, COUNT( comment_ID ) AS ccount FROM wp_posts LEFT JOIN wp_comments ON ( comment_post_ID = ID AND comment_approved = '1') WHERE post_status = 'publish' AND ID IN (22,21,19,18,16,15,14,13,12,11,10,9,8,7,6,5) GROUP BY ID

selsek - the story never ends » films

selsek - the story never ends

Dimanche 10 juillet 2005

La ferme se rebelle

Classé dans: — selsek @ 16:47

Meuh! Un dessin animé de chez Disney!
Face à la concurrence des films d’animation en 3d, la concurrence est rude.

Il faut l’avouer, le filon du dessin animé chez Disney s’épuise. Le scénario est très classique, et sent le déjà vu. Gentils, méchants, chansons. Du vrai disney, mais on en a assez.

Sympa pour les petits, éculé pour les habitués. Il n’apporte rien au genre. Il n’en demeure pas moins sympathique.

personnages 5/10
scénario 2/10
mise en scene 7/10
global 5/10

Saw

Classé dans: — selsek @ 16:33

Un homme se réveille dans une salle d’eau. Il est enchaîné. Il y a un autre homme enchaîné de l’autre côté de la salle. Et un cadavre au milieu.

Un film à suspense assez horrible non pas dans l’image, mais dans l’idée. Il y a un jeu de torture mentale et physique assez tordu entre le kidnappeur et les kidnappés: “fais ceci ou je ferai cela à tes proches… t’as 3 heures pour t’exécuter".
En parallèle, on a une enquête menée en parallèle pour déterminer qui est le kidnappeur en même temps par un inspecteur à l’extérieur et les kidnappés.
Niveau torture on a des idées que je trouve bien tordues, comme je l’ai déjà dit. Et niveau enquête on est vite aussi perdus que ceux qui cherchent le coupable.

Ce film arrive à nous faire ressentir cette tension, et on entre vite dedans, on est impliqué, on prend peur, on est stressé. On se pose les mêmes questions que les protagonistes. C’est un élément très intéressant, qui fait de ce film un très bon film.

La scie ne sera utilisée qu’à la fin… et pour faire quoi?

Seul bémol: le sujet est trop restreint et la suite qui est déjà prévue sera probablement prévisible et décevante. A moins que…

personnages 7/10
scénario 10/10
mise en scene 8/10
global 9/10

Destination finale 2

Classé dans: — selsek @ 16:21

Un groupe de personnes échappe à un accident grâce à la vision d’une jeune femme. La Mort ne se laisse pas avoir aussi facilement, et ceux qui devaient mourir mourront. A moins que…

Dans ce film, ce qui prime c’est la façon qu’ont ces personnes meurent. La question qui nous trotte dans la tête à la vision de ce film c’est “qui va mourir?". Il en réchappe, oui, non? Ah… presque… toujours vivant… toujours… et paf.
La tension est présente, mais elle ne nous pénètre pas tellement c’est invraisemblable. Un barbecue qui EXPLOSE projetant des bouts de corps à 30m, c’est “légèrement” trop.
Un film divertissant qui aurait plus gagné avec plus de réalisme. Mais il est tellement plus facile de faire exploser des voitures à grands renforts de feux d’artifice.

personnages 2/10
scénario 1/10 parce qu’il est repris du précédent
mise en scene 4/10
global 3/10

Samedi 4 juin 2005

Saint Ange

Classé dans: — selsek @ 23:39

Alpes, années 50. Une femme vient s’occuper l’orphelinat de Saint Ange qui accueille nombre d’enfants victimes de cette guerre. Elle y travaillera avec deux autres femmes, elles y seront seules le temps que le bâtiment soit remis en ordre.
“Méfie-toi des enfants qui font peur"…

Un film d’épouvante assez réussi à mes yeux. Ca n’est pas tant le sang ou le violence qui effraient (d’ailleurs il n’y en a pas énormément), mais la solitude. La solitude et de mauvaises choses qui s’y sont déroulées.
Une femme carrée et normale, une femme plutôt déséquilibrée, et une plutôt mystique (Virginie Ledoyen), un trio à la fois complémentaire et opposé qui nous éloigne et nous maintient dans notre monde habituel.
Ce ne sont pas des cris ou des bruits perturbants qui font la force de ce film, mais la compassion envers des gens qui n’ont pas voulu disparaître.
Un film stressant mais pas trop sur le coup. Par contre, il laisse de petites traces sur plusieurs semaines.

Personnages 10/10
Scénario 8/10
Mise en scène 9/10
Global 9/10

Memento

Classé dans: — selsek @ 23:20

Un homme a une mémoire altérée: il ne peut plus gagner de souvenir, se rappeler de nouvelles choses. Il n’a pour souvenir que ce qu’il avait avant la mort de sa femme et le choc qu’il a reçu sur la tête, choc qui lui a valu ce handicap. La vengeance et ces souvenirs, c’est tout ce qui lui reste. Sa vie se fait au jour le jour, sur des petits bouts de papier. Un but pour s’accrocher à la vie.

Ce qui est intéressant dans ce film c’est qu’il arrive à retranscrire ce trouble particulier de la mémoire, et il nous transporte dans l’univers du héros, et on n’est pas qu’un simple spectateur.
Comme lui, on aurait fait les choses logiquement, d’après ce qu’il a pu laisser sur ses bouts de papier et ses photos. Mais ces mots peuvent être interprétés différemment, et plus on avance dans le film, plus on se rapproche du héros: on ne contrôle plus grand chose, on est perdu parce qu’on tente de s’accrocher à la logique qui découle des mots notés.

Rien à perdre. Des mains qui ne seront jamais sales parce que la saleté s’en va très vite ici. Juste un souvenir doux et douloureux.

Personnages 7/10
Scénario 10/10
Mise en scène 10/10
Global 9/10

Holy Lola

Classé dans: — selsek @ 23:01

Un couple se rend au Cambodge dans l’espoir de pouvoir y adopter un enfant.
Ils logent dans un hôtel qui accueille des couples dans la même situation.
Bien entendu, ça n’est poas une promenade de santé, et les difficultés jonchent cette adoption: corruption, désespoir, administration…

Si le scénario ne semble pas très original, il se trouve que ce film a plusieurs petits détails qui font passer des émotions de façon astucieuse. L’idée de l’hôtel accueillant d’autres futurs parents est très bonne: elle permet de montrer les différents chemins que peuvent prendre des parents candidats, l’entraide qui règne entre les différents couples, ce soutien quasi familial qui empêchera les uns et les autres de perdre la boule. Le présence d’un dictaphone permet de montrer l’amour de deux parents pour un enfant qu’il n’ont pas encore.

Au travers du périple de ce couple, on voit un pays victime de sa pauvreté, où la corruption règne, où la blessure de la dictature n’est pas oubliée, des gens qui sont impuissants face à tout cela parce qu’ils n’ont pas l’argent qu’il faut.

Un film touchant et doux. A voir.

Personnages 9/10
Scénario 9/10
Mise en scène 8/10
Global 8/10

Samedi 14 mai 2005

Kung fu hustle / Crazy kung fu

Classé dans: — selsek @ 13:32

Le dernier film du réalisateur de Shaolin Soccer. C’est plus du kung-foot mais du kung-fu pur. En gros c’est la guerre qu’un gang des années 30 contre une ruelle où vivent des gens dont certains sont des maitres d’arts martiaux mais dont personne ne se doutait de leur talent.
Il y a plusieurs références à matrix, qui font passer le combat de Neo contre les agents Smith pour un truc de base.
Comme dans shaolin soccer, on a des personnages caricaturaux ayant chacun une particularité. L’humour y est légèrement moins présent, mais le tout est toujours aussi ridicule.
Un très bon film, à voir et à revoir.

personnages 8/10
scénario 7/10
mise en scène 10/10
global 9.99/10 (c’est moins bien que shaolin soccer)

Shaolin Soccer

Classé dans: — selsek @ 13:24

J’annonce la couleur: c’est mon film préféré.
En gros, c’est Olive et Tom en pire. Un humour particulier, dans un film qui est une succession de gags à la monty python. C’est un humour absurde mais pas lourd lourd.
C’est n’importe quoi mais c’est bien drôle. On se prend à vouloir imiter les personnages sur un vrai terrain.
Des personnages et des situations tous plus abrutis les uns que les autres, et pourtant ils ont l’air de prendre la chose très au sérieux.
Seul défaut: la pub, avec dans l’ordre PUMA, CARREFOUR et Nokia.
Je citerai un pote: “j’ai pas envie de regarder parce que c’est trop abusé”

personnages 7/10
scénario 6/10
mise en scène 9/10
global 10/10

X-men 2

Classé dans: — selsek @ 13:00

La suite du précédent. (whoah!)
Fini l’introduction, on passe à l’action.
Dix petites minutes pour présenter les nouveaux protagonistes, et en avant l’histoire.
Ici on a un M. Stryker qui en veut beaucoup aux mutants et qui veut les éliminer d’un coup, un Magneto toujours prisonnier dans sa prison de verre, un Xavier en train de s’occuper à entrainer des mutants toujours plus nombreux et une Jean Grey avec des pouvoirs qui augmentent en intensité. Mensonge, trahison, action.
L’histoire accroche bien, les personnages sont moins élaborés, moins construits que dans le premier opus (on va pas refaire ça à chaque fois).
Beaucoup de rebondissements, de scènes inattendues (comment Magneto pourrait sortir de sa prison de verre oversurveillée???).
Il y a dans ce film de nombreux clin d’oeil destinés aux amateurs de l’univers des xmen, comme l’apparition assez brève de Colossus, du Fauve (the Beast) qui passe furtivement sur un écran télé, et le nom réel de celui sera appelé Gambit encore plus furtivement sur un écran d’ordinateur. Et que penser de cette forme que l’on voit dans l’eau à la toute fin du film? Rebondissement ultime que seul une personne qui s’est un peu intéressé à la série conprendra…
Un excellent film qui s’adresse à tous. Absolument tous.

personnages 8/10
scénario 9/10
mise en scène 10/10
global 10/10

X-men

Classé dans: — selsek @ 12:54

Le premier film des élèves de l’institut du prof Xavier.
Pour ce premier film, on a les personnages de base qui nous sont présentés petit à petit, l’un après l’autre. On découvre l’institut en même temps que l’un des protagonistes. On arrive à entrer dans l’univers après un bon tiers du film. On comprend assez bien la trame globale de la série où les mutant et les humains sont en guerre froide. Il n’y a pas de l’action tout au long du film puisqu’on est en phase d’introduction, sachant qu’une bonne dizaine de personnages y sont présents et à présenter.
Un très bon film qui présente les personnages de la série, et qui s’adresse un peu plus aux non-amateurs de la série; mais qui laisse une place non négligeable aux autres personnages de la série (iceman/iceberg, kitty entre autres) en les faisant apparaitre en filigrane.
L’esprit de la version papier est très bien rendue, les relations entre les personnages aussi. Le méchants ne le sont pas vraiment puisqu’ils ont leurs raisons (comme Magneto qui a été victime de la shoah au début du film). Ici la rivalité entre les factions est plus idéologique et politique que manichéenne. Ce sont des gens qui défendent leur population en repoussant ceux qui les menacent: comment peut-on dire que ce sont des méchants? L’approche nous change des habituels duels entre gentils et méchants.
Graphiquement, les superpouvoirs sont comme on l’imagine en lisant le comic.
Par contre Tornade (Halle Berry) est le personnage le plus grand en taille dans le comic, ici elle est obligée d’avoir des semelles compensées pour… compenser. :))

personnages 8/10
scénario 7/10
mise en scène 8/10
global 9/10

Hitch

Classé dans: — selsek @ 12:42

Acclamé par les spectateurs, c’est une comédie romantique. Je n’ai pas du tout aimé. Scénario classique, rebondissement ayant un gout de déjà vu. Rien ne m’a vraiment marqué dans ce film.

personnages 3/10
scénario 4/10
mise en scene 3/10
global 3/10

Spiderman 2

Classé dans: — selsek @ 12:40

Encore un film d’un comic de chez marvel. Clichés à tout va, personnages fades, histoire sans surprise. Un méchant pas si méchant, un gentil qui se pose des questions, une belle qui chamboule tout. Rien à retenir, sauf si l’on n’a jamais vu de film du genre.

personnages 2/10
scenario 1/10
mise en scène 3/10
global 2/10

Some things that stay

Classé dans: — selsek @ 12:34

Chronique d’une famille américaine dans un milieu rural des années 50.
Rien d’énorme à dire en plus. L’histoire se tient bien, mais sans faire de vagues.
L’histoire est sympathique, les personnages sont pas trop mauvais. Ca retient l’attention.
A louer.

personnages 7/10
scénario 4/10
mise en scène 6/10
global 5/10

28 days later

Classé dans: — selsek @ 11:03

Un virus très virulent se propage, et 28 jours + tard, un type dans le coma se réveille dans un Londres défiguré. Ce qui m’a frappé, c’est une mise en scène qui fait “téléfilm". L’histoire a de nombreux rebondissements, et on passe d’une ambiance à l’autre assez souvent. On commence dans l’horreur du vide, passant à une horreur violente, une renaissance joyeuse et insouciante, de l’action, du stress de film noir… Les personnages sont assez sympathiques, et on n’a pas envie qu’ils s’en aillent. C’est un bon film.
Il y a des détails qui clochent (pas de spoiler puisque ça apparait dans les 5 premières minutes). Le virus a l’air VACHEMENT virulent: il met 30 secondes pour transformer un homme en monstre assoiffé de sang (ebola met 3 jours). Et le type a l’air de bien se porter après son coma: ils court, il se bat, grimpe 30 étages à pied… alors que dans Kill Bill elle doit se trainer sur le carrelage.

personnages 7/10
scenario 6/10
mise en scene 8/10
global 7/10

Elektra

Classé dans: — selsek @ 10:52

Sortie de Daredevil, l’assassin vêtu de rouge l’est enfin.
Si j’ai accroché au comic, le film m’a paru bien monotone en comparaison. Le personnage et “la main” sont des entités trop classiques: la pov’ elektra a eu une enfance malheureuse et “la main” est très méchante (d’ailleurs au début ils parlent de combat entre le Bien et le Mal…). Les ennemis ne sont absolument pas développés, aucune histoire, aucun passé, ils sont là et très méchants. D’ailleurs ils disparaissent très vite.
Seule l’actrice qui joue elektra pourrait valoir la peine de venir voir le film.

personnages 2/10
scénario 4/10
mise en scène 6/10
global 4/10

Alexandre

Classé dans: — selsek @ 10:45

La vie d’alexandre qui a conquis le plus grand empire de tous les temps, en trois heures.
Des personnages fades, un héroïsme caricatural. Une mise en scène pas trop mauvaise, mais classique. Pas de rebonds, pas de scène marquante comme dans gladiator.
Un film fade, mais qui a eu du budget…

personnages 3/10
scénario 3/10
mise en scene 6/10
global 4/10

Réalisé avec WordPress